ENFANT D'ÉLÉPHANT

Création 2019

fabricationEDE44.jpg
fabricationEDE45.jpg

LA FABRICATION

Un écran circulaire de grand format c'est vraiment une idée qui nous titillait depuis longtemps. Nous voulions que l'objet soit beau dès l'entrée du public. Une lune suspendue.

Concevoir chaque décor comme un tableau...avec une envie de surprendre l'oeil du spectateur. 

 

Il y a eu d'abord un gros travail de dessins, puis des copies en carton noir de chaque quart de cercle pour chercher la bonne composition des éléments de décors.

Tous nos quarts de décors sont aimantés et peuvent s'utiliser en recto et verso.

Il y en a 12 en tout. Donc plein de possibilité.

 

Tous les décors et les silhouettes sont en bois, découpés et ajourés à la scie à chantourner avec du temps, de l'amour, des moments d'abattement, de la casse, de nombreuses lames, des kilomètres de papier à poncer, du brou de noix, des sueurs froides, de la poussière, de la poussière et de la poussière mais toujours le cœur qui bat à la fin quand la pièce est terminée et qu'elle projette déjà une belle ombre sur le mur de l'atelier.

Les couleurs sont des gélatines (filtres de projecteurs).

 

Nous voulions trouver la qualité lumineuse du vitrail, faire la fête à la couleur.

 

Chaque quart, que nous avons rapidement nommé "banane", a son petit nom et son histoire : "épi rouge, iris, cheveux de Flo...et sa housse de rangement qui nous sert à la fois de Fly pour le transport et de desserte pendant le jeu. Autrement dit, si les décors ne sont pas contre l'écran, ils sont toujours à l'abri dans leur housse.

 

C'est un travail artisanal, précieux par le nombre d'heures qu'il a demandé. Nous en prenons donc grand soin.

 

En parallèle nous avons créé le story board. Il détermine la taille des personnages, leurs actions. La mise en scène.

 

Certaines silhouettes contiennent également du caoutchouc. Comme la grande tête de profil de l'Enfant d'éléphant (à qui nous avons donné le petit nom de EDE). Son oreille est entièrement en caoutchouc ajouré, ce qui lui donne un mouvement naturel.

Nous avons récupéré les chambres à air des vélos auprès des réparateurs, nous les avons lavées, découpées en lanières et collées les unes à coté des autres pour constituer comme une "peau". La recup' c'est dans les gènes des marionnettistes.

 

En pendant à ce travail de ciselage, nous voulions en avant scène travailler nos ombres à vue avec des matières brutes, des objets du quotidien : filets de patates, bâche de chantier, bouteilles en verre coloré, carton déchiqueté...

Notre travail a été en suite d'éliminer ce qui était en trop, de simplifier et de ne garder que ce qui était véritablement utile.

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom